ANIMA

« J’ai le sentiment que toutes les tragédies que nous avons vécues, d’abord avec le colonialisme, puis avec le fascisme, enfin les camps d’extermination, cela s’inscrit non en opposition ou en contradiction avec le prétendu humanisme sous la forme où nous le pratiquons depuis plusieurs siècles, mais, dirai-je, presque dans son prolongement naturel. Puisque c’est, en quelque sorte, d’une seule et même foulée que l’homme a commencé par tracer la frontière de ces droits entre lui-même et les autres espèces vivantes, et s’est ensuite trouvé amené à reporter cette frontière au sein de l’espèce humaine, séparant certaines catégories reconnues seules véritablement humaines d’autres catégories qui subissent alors une dégradation conçue sur le même modèle qui servait à discriminer entre espèces vivantes humaines et non humaines. Véritable péché originel qui pousse l’humanité à l’autodestruction. Le respect de l’homme par l’homme ne peut pas trouver son fondement dans certaines dignités particulières que l’humanité s’attribuerait en propre, car, alors, une fraction de l’humanité pourra toujours décider qu’elle incarne ces dignités de manière plus éminente que d’autres. Il faudrait plutôt poser au départ une sorte d’humilité principielle : l’homme, commençant par respecter toutes les formes de vie en dehors de la sienne, se mettrait ainsi à l’abri du risque de ne pas respecter toutes les formes de vie au sein de l’humanité même. »

Claude Lévi-Strauss 22 Janvier 1979

 

« I have the feeling that all the tragedies we have experienced, first with colonialism, then with fascism, finally the extermination camps, are not in opposition or in contradiction with the so-called humanism form we have practiced for several centuries, but is, I would say, almost in its natural extension. Likewise, in a way, all at once man began drawing the frontier of these rights between himself and other living species, and then found himself led to carry over this frontier within the human species; separating certain categories recognized only as truly human from other categories which then undergo a degradation designed on the same model that was used to discriminate between living human and non-human species. This is the true original sin which drives humanity to self-destruction. Respect for man by man cannot find its foundation in certain particular dignities that humanity would attribute to itself, because, then, a fraction of humanity will always be able to decide that it embodies these dignities more prominently than others. A kind of principled humility should be posited at the outset: man, starting by respecting all forms of life apart from his own, would thus protect himself from the risk of not respecting all forms of life in the first place within humanity itself. » 

Claude Lévi-Strauss January 22, 1979

 

In collaboration with Design & Nature, Paris, France.